Un axe Washington, Berlin, Tokyo a été mis en place par les USA pour tenter de casser la montée en puissance de la Russie et de la Chine.

Les USA et leurs auxiliaires vassalisés européens et japonais ont mis en place un axe visant à casser la montée en puissance de la Russie (devenue premier producteur mondial de pétrole et de gaz) et de la Chine (devenue premier exportateur mondial de marchandises et donc premier détenteur mondial de réserves de change), d'autant que ces deux États-Nations exercent une influence politico-économique croissante sur les autres pays émergents (Inde et Brésil par exemple), mais aussi militaro-stratégique dans les zones sensibles au Moyen et Proche Orient, en Afrique, en Amérique su Sud et en Asie, au moment même où l'endettement des USA, de l' Europe ( Allemagne comprise) et du Japon atteignent des niveaux historiques et que la croissance économique se maintient à un niveau proche de zéro ou plonge en déflation.

Cela signifie la perte grandissante de poids économique et d'influence stratégique des USA, de l' Europe et du Japon qu'ils ont déjà commencé de tenter d'enrayer en mettant en place toutes les manipulations financières et monétaires possibles depuis quelques années.

Mais comme les dites manipulations sont en bout de course ( le karch boursier US, européen et japonais est de plus en plus menaçant), il faut s'attendre à un regain de leur agressivité tant dans la diabolisation politique et médiatique de leurs adversaires désignés ( Moscou et Pékin), que dans les nouvelles sanctions économico-financières qu'ils vont prendre ou dans la réactivation de leurs alliances militaires offensives (OTAN, OTASE, Pacte de Tokyo) contre eux.

Sans compter que la plupart des dirigeants US, européens et japonais, ayant perdu l'essentiel de leur crédibilité et de leur légitimité politique chez eux, ils vont être tenté, pour croient-ils à tort s'en sortir, de se lancer dans des politiques extérieures ou des agressions militaires de plus en plus aventureuses qui ne les renforceront évidemment pas mais leur poseront de nouveau problèmes : cf, les agressions ou les menaces américano-européennes des pays d' Afrique ( Libye, Afrique centrale et de l' Ouest), du Proche et du Moyen Orient ( Irak, Afghanistan, Iran, Syrie, Palestine etc..) qui se transforment en autant de désastres.

Sans oublier l'offensive lancée par l'administration Obama (qui va devoir affronter des élections parlementaires de mi-mandat en novembre 2014, et qu'il devrait perdre, ce qui accroît son agressivité) contre le Vénézuela, Cuba, l' Argentine et même le Brésiln qui n'améliorera pas les relations inter-américaines mais fait plaisir aux électeurs Républicains et autres  "néo-cons" va-t-en guerre (comme John McCain), tout en laissant indifférents les Tea Party ( comme les Paul père et fils) qui, eux, sont les véritables adversaires d'Obama et des Démocrates parce qu'ils veulent moins d' Etat et le retour à l'isolationnisme.

A noter que les questions du nucléaire iranien et des relations israélo-palestiniennes mais aussi des "printemps arabes" et le conflit Sunnites-Chiites étant en train de s'envenimer, puisque tous ces peuples ne font plus confiance dans les USA ou dans l 'UE pour les aider, se mettre à dos la Russie et la Chine sur ces sujets est lourd de danger pour l' Occident.

A l'évidence, les angles d'attaques de USA, de l'UE et du Japon sont les suivants :

- la radicalisation de la révolution en Ukraine (et la destabilisation en Moldavie/Transnitrie ou ailleurs) pour couper les voies d'exportation du gaz et de pétrole russe vers l' UE, via les pipelines installés par Gazprom dans ce pays de façon à ce que les USA mettent la main sur le marché européen de l'énergie ( dont ils ont besoin pour trouver des débouchés et améliorer la rentabilité de leur propre production de gaz de pétrole de schiste), ce qui permettra aussi aux américains de faire accepter par les européens le Traité Transatlantique de libre-échange.

- Les sanctions multiples contre les sociétés et les investissements russes à l'étranger pour affaiblir Moscou avant que des procédés similaires soient utilisés aussi contre Pékin pour le moment à nouveau accusé de manipuler à la baisse le yuan,

- la destabilisation du système bancaire domestique chinois et la manipulation à la baisse du prix de l'or pour affaiblir l'épargne des citoyens et les réserves de change de la Chine et de la Russie,

- l'appropriation par le Japon des îles commandant les voies de communication en Mer de Chine pour accroître l'insécurité des approvisionnements chinois en matières premières et mieux protéger les siens,

- les multiples attaques informatiques des réseaux russes et chinois et la poursuite des écoutes de la NSA américaine devenue le "Big Brother" mondial ( que les dirigeants européens ont finalement accepté).

Ce sont de véritables actes de guerre et, s'ins sont menés crescendo, ils entraîneront des réponses violentes de la part de la Russie et de la Chine. Ce qui est difficile de comprendre c'est quels sont les intérêts des Etats-Nations européens et de l'UE à s'associer à tout cela, alors qu'ils devraient faciliter la détente et la coopération entre les blocs et de rapprocher des BRICS ( Russie surtout qui se situe sur le même continent qu'eux et a des intérêts économiques voisins des leurs).

Source : forum monétaire de Genève

"Nous tenons pour nécessaire que les échanges internationaux s'établissent, comme c'était le cas avant les grands malheurs du monde, sur une base indiscutable et qui ne porte la marque d'aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité, on ne voit pas ce qu'à cet égard il puisse y avoir d'autre critère autre que l'or. Eh oui ! l'or, qui ne change pas de nature, qui se met, indifféremment en barre, en lingots ou en pièces, qui n'a pas de nationalité, qui est tenu, éternellement et universellement comme la valeur inaltérable et fiduciaire par excellence"

                                                                                                                                                              Charles de Gaulle