"La junte de Kiev oblige les FAU à pilonner les républiques de Donetsk et de Lougansk"

déclare l'ex-agent du ministère de la Défense de l'Ukraine.

A noter le projet du document soumis par la Russie à l'ONU, visant à lutter contre le racisme et la discrimination, a été adopté par 131 pays. Trois seulement se sont prononcé contre, dont l'Ukraine et les États-Unis, pays qui votent régulièrment contre.

D'autre part, un nouveau scandale a éclaté en Ukraine, où le ministre de la Culture, Evgueni Nichtchouk a qualifié de population "sans aucune génétique" les habitants du sud-est de l'Ukraine (le Donbass). Cette ségrégation "génétique" a créé un tollé sur les réseaux sociaux et certains hommes politiques ont exigé la démission du ministre.

(L'Occident fermera-t-il les yeux sur les déclarations "nazies" d'un ministre ukrainien ?)

Les autorités ukrainiennes qui sont arrivées au pouvoir suite au coup d'Etat de Maïdan obligent l'armée à effectuer des pilonnages de provocation des territoires de la DNR et de la LNR, pour empêcher l'arrêt des hostilités dans le Donbass.  C'est ce qu'a déclaré au Centre d'Information de Lougansk l'ex-adjoint du ministre de la Défense de l'Ukraine qui a rejoint les forces républicaines Alexeï Sélivanov.

C'est ce qui explique selon lui les bombardements incessants des zones des deux républiques, situées près de la ligne du front, y compris la périphérie de Lougansk.

" La paix n'intéresse pas le pouvoir kievien. La seule chose qui lui permet de tenir, c'est la guerre. En période de guerre, on peut coller à tous les mécontents une étiquette d' "agent ennemi", et c'est ce qu'elle fait " a expliqué Sélivanov.

" Le pouvoir kievien, c'est un pouvoir terroriste qui a pris tout le pays en otage. Après le coup d'Etat, les habitants de l'Ukraine n'ont obtenu que la chute du niveau de vie et la dépression économique. Ils détestent ce pouvoir à cause de la perte des acquis sociaux, à cause du déchaînement du nazisme et à cause de la guerre. Dans le Donbass les civils meurent sous les obus des FAU et pratiquement dans un reportage sur deux, les commandants de l'armée avouent qu'il n'ont pas l'intention d'arrêter les pilonnages" a indiqué le militaire.

"De nombreux ukrainiens sont restés lucides. Mais ils ne se révoltent pas par peur de représailles de la part des services spéciaux ou à cause de la guerre. Ainsi, les hostilités vont se poursuivre tant que la junte de Kiev conserve le pouvoir" pense l'ex-agent du ministère de la  Défense de l'Ukraine.

( A quand l'application des accords de Minsk ?).