Après la belle victoire grecque du NON à la ploutocratie de l'UE, quelles sont les options de l'Empire ?

L'exemple de la Grèce est un cas d'école de la façon dont l'Empire utilise les banques pour soumettre un pays par la dette, créer une classe dirigeante prédatrice, tourner les médias nationaux en instrument de propagande impériale et tenter de stopper complètement tout processus démocratique en ne traitant qu'avec la classe dirigeante stipendiée et corrompue. Par un quasi miracle cette dernière phase a échoué dans le cas de la Grèce.

L'Empire n'a jamais pris Syrisa au sérieux ou, s'il l'a fait, il l'a fait trop tard. Quant à Tsipras et Varoufakis, ils ont probablement été surpris quand ils ont soudainement été surclassés de la direction d'un parti représentant 5% des électeurs à la direction de l'ensemble de la nation grecque. Ils n'attendaient pas vraiment le tsunami qu'ils ont déclenché avec de référendum. Mais sous le regard absolument horrifié de la Secte des bureaucrates de l'UE, le peuple grec a parlé et maintenant "l Empire" n'a plus qu'une option : coopter ou renverser le gouvernement grec selon ce qui fonctionnera le mieux.

Varoufakis et Tsipras sont devenus des personnages tellement détestés par la Secte des eurobureaucrates que le reversement sera probablement l'option préférée. Ce processus semble avoir débuté. Varoufakis qui, pas plus tard qu'hier disait à un journaliste "vous devrez faire avec moi" a dors et déjà été démissionné. Quant à Tsipras, il semble mendier pour des négociations.

L'exemple de Kadhafi montre qu'un leader national peut totalement rouler pour les impériaux et se soumettre à eux et, malgré tout, être renversé. Aucune concession de la part de Tsipras ne sera suffisante pour le maintenir au pouvoir. Il a humilié la Secte et ils ne lui pardonneront jamais. La seule solution pour l' Empire est maintenant de faire un exemple de la Grèce.

Un bon tiers du pays était disposé à accepter les termes de l'ultimatum de la ploutocratie transnationale. La Grèce est entourée par l'OTAN et l'instabilité de tous les côtés. Tous les médias du pays sont détenus par les supplétifs de l'Empire. La Grèce manque de ressources naturelles et d'un bon marché extérieur hors de l'UE, de sorte que...!

Le prochain scénario risque donc d'être l'irruption d'un Maidan grec, suivie par les accusations de brutalité policière et tout le reste du scénario typique de révolution de couleur. Ce qui se passera alors dépendra de l'attitude de Tsipras et de son parti : s'ils cherchent à apaiser la Secte des eurobureaucrates, s'ils offrent des concessions infinies et s'ils agissent comme des fidèles patriotes de l'UE, ils seront écrasés.

Mais s'ils font appel directement au peuple grec pour lui expliquer qu'il s'agit d'une lutte pour la libération nationale et qu'ils ont besoin du soutien, de l'aide et de la protection du peuple, alors ils pourraient bien l'emporter, surtout s'ils ont choisi de se libérer de la zone euro et de se tourner vers l'Union économique eurasienne et la Chine pour le soutien économique. Tsipras en aura-t-il l'audace ???