Trop de crédit tue le crédit, trop d'argent tue l'argent, trop d'impôt tue l'impôt. Trop de crédit, d'argentt et d'impôt tuent l'économie réelle...

Parce que :

1 - entretenir au maximum l'illusion monétaire, qui ne gonfle artificiellement qqque les prix des actifs boursiers en déroutant la liquidité de l'investissement productif, ainsi que le font les banques centrales actuelles,

2 - et reprendre par l'impôt massif le peu que les populations gagnent quand elles ne sont pas en plus effrayées par le chômage de masse et la chute des salaires (du fait d'une mondialisation anarchique), ce qui les empêche de consommer et donc d'entretenir la croissance économique, ainsi que le font les gouvernements actuels au nom de "l'austérité", ( qui ne réduit pas les déficits publics mais les augmente), constituent les deux tares principales du Système monétaire et économique occidental et japonais actuel, dont la fragilité ne fait que s'aggraver en dépit des apparences trompeuses.

Il en résulte que "la valeur" de la plupart des actifs financiers n'a jamais été aussi coupée de l'économie réelle, parce que leurs prix ne sont plus fixés par des marchés libres mais par des interventions de planification monétaire dirigiste des banques centrales, ce qui évidemment ne pourra pas durer toujours.

Tout simplement parce que les banques centrales devont un jour commecer la réduction de leurs bilans hypertrophiés en cessant leurs politiques monétaires ultra keynésiennes ( QE, ZIRP, dévaluations compétitives, etc..), qui ne relancent pas l'inflation mais entretiennent la déflation. Dans la mesure où la liquidité virtuelles supplémentaire, que l'on constate via l'augmentation de la base monétaire, reste dans "trappe à liquidité" (c.a.d dans les réserves privées auprès des banques centrales ou dans les marchés d'actions), ce qui accroît la rareté de collatéraux disponibles pour le crédit. D'où la double chute DEFLATIONNISTE de  la vitesse de circulation de la monnaie et du multiplicateur de crédit (dont on parle ici souvent). les exemples des USA et surtout du Japon montrant ce qui attend la zone euro à cet égard..!

Actuellement, l'éventualité d'un relèvement de son taux à court terme par la FED obsède les acteurs des marchés, alors que la faiblesse de l'économie US ne pourrait pas l'absorber sans dégâts supplémentaires et que la hausse du dollar US a déjà exercé un effet de resserrement plus que suffisant pour éviter tout dérapage inflationniste, ce qui rend ledit relèvement peu probable, ou bien si les banques privés US (dont les profits chutent) en avaient vraiment besoin pour améliorer leurs bilans, étant donné que la FED n'agit que pour le profit des banques "too big to fail" et non pas pour Main Street.