Ainsi donc on nous explique depuis cette semaine que enfin, c'est génial, bonne nouvelle, le chômage baisse....Mais ce n'est pas vrai, et ce n'est pas une vue de l'esprit, c'est même dans les statistiques données par le ministère de l'Emploi lui-même...Faut toutefois lire jusqu'au bout ...!

Pour une majorité qui promettait de faire baisser le chômage à la fin 2013 et qui proposait, à cette fin, de nouveaux contrats aidés, la montée continue du nombre de chômeurs depuis près de trois ans est un échec cinglant, non remis en question par la petite baisse de janvier, tout étant une histoire de catégorie..! (il s'agit d'une baisse mineure, superficielle et conjoncturelle).

Bien sûr, selon les chiffres officiels, le nombre de demandeurs d'emplois (en catégorie 1) sans aucune activité a baissé de 0,5% en janvier, soit 3,48 millions de personnes en métropole et 3,74 millions sur l'ensemble du territoire. La plus forte baisse depuis 2007 comme même le Figaro le reconnait en titre. Évidemment le gouvernement s'est emparé de cette bonne statistiques, Manuel Valls parlant d'un "premier signe positif (...) d'un encouragement à poursuivre". Même s'il n'est pas illogique de se réjouir de cette baisse de 19100 du nombre d'inscrits, autant de familles qui commencent à entrevoir le bout du tunnel, ces résultats outre le fait de ne porter que sur un mois, sont très insuffisants.

Même le ministre du travail, François Rebsamen appelle à " rester prudent (et à) observer dans la durée les évolutions mensuelles. Il faut dire que si on intègre les personnes qui ont exercé une "petite" activité, alors le nombre de chômeurs progresse de 0,3% au lieu de diminuer, à 5,23 millions de personnes en métropole et à 5,53 millions sur l'ensemble du territoire, un chiffre qui reste considérable et montre l'ampleur de la fracture qui existe sur le marché du travail. Et s'il est vrai que le nombre de chômeurs de moins de 25 ans recule de 1,4% , en revanche, celui des seniors continue de progresser, tout comme celui des chômeurs de longue durée, pas moins de 2,27 millions de personnes !

Il n'est pas impossible que la situation s'améliore légèrement du fait de l'ampleur des mouvements du cours de l'euro et du prix des matières premières, s'ils se maintenaient au niveau actuel. Mais ce faisant, nous ne ferions que profiter de mouvements conjoncturels et non d'une amélioration structurelle de notre marché qui souffre toujours d'une ouverture suicidaire à des marchés où le prix du travail est dix fois plus bas, et du financement de notre protection sociale.

Si on prend en compte les catégories A,B,C (actes positifs de recherche d'emploi alors en décembre 2014 nous avions 5 514,2 chômeurs et en janvier 2015...5 530,6 soit une hausse de 16 000 demandeurs d'emplois, ce qui n'a rien à voir avec la baisse annoncée..! Plus grave encore si on pousse la lecture du  "Dares indicateurs" jusqu'à la fin  (publication de la direction de l'animation de la recherche des études et des statistiques ci-dessous)

Page 15

Catégories A,B,C,D,E (quand on prend en compte toutes les différentes catégories et également nos DOM-TOM et tout le toutim, unité en milliers) alors nous obtenons :

- décembre 2014 : 6 284,9

- janvier 2015 : 6 362,2

si on fait la soustraction, opération simple, accessible à tous à l'aide d'une simple calculette, alors nous obtenons le résultat édifiant de 77300 demandeurs d'emplois en plus.

Et voilà en 2015 en France, comment une hausse de 77300 chômeurs de plus d'un mois sur l'autre se transforme sans que personne n'y trouve rien à redire en une baisse historique, qu'il faut célébrer collectivement en bénissant le gouvernement qui nous dirige ! Et pour l'instant personne ou presque ne relève ce mensonge éhonté alors que rien n'est caché. Tous les chiffres sont accessibles à tous..(.les gens préfèrent le mensonge à la vérité qui derrange).

travail-emploi.gouv.fr/iMG/pdf/Pl-mensuelle-NZE 88 pdf