Cette confrontation est bien plus nocive qu'elle n'en a l'air pour les deux camps

(Par Ambrose Pritchard)  le 22 avril  site : www.les-crises.fr

Le Trésor américain fait face à une redoutable proie avec la Russie, le plus grand producteur mondial d'énergie avec une économie de 2 000 Mds, de grands scientifiques et un arsenal nucléaire de première frappe.

Les Etats-Unis ont construit une bombe financière à neutrons. Au cours des 12 dernières années, une équipe d'élite au sein du Trésor US a mis au point les outils d'une guerre économique, élaborant des plans pour mettre presque n'importe quel pays à ses pieds, sans avoir à tirer une seule balle...! (oeuvre de l'état profond..?  NWO )

La stratégie repose sur le contrôle hégémonique du système bancaire mondial, renforcé par un réseau d'alliés avec l'accord contraint des États neutres récalcitrants. Appelons cela le projet Manhattan du début du 21è siècle.

" C'est un nouveau genre de guerre, comme une insurrection financière rampante, qui a pour but d'enserrer le système financier vital, de nos ennemis, ce système est sans précédent dans sa portée et son efficacité"

dixit Juan Zarate, agent de la Maison Blanche et du Trésor qui a participé à l'élaboration de la politique adoptée après le 11 septembre 2001.

"Le nouveau jeu géo-économique est probablement plus efficace et subtil que la compétition géo-politique passée mais il n'est pas moins brutal et destructeur"  écrit-il dans son livre : " La guerre menée par le Trésor "  : la libération d'une nouvelle ère de guerre économique".

Gardez cela à l'esprit,  dans le même temps où Washington resserre l'étau sur la Russie de Poutine, fermant lentement l'accès au marché pour les banques russes, les entreprises et autres entités d'États avec 714 milliards de dettes en dollars (donnée de Sberbank).

L'arme furtive est un "chapitre écarlate", inscrit dans la section 311 du Patriot Act. Une fois qu'une banque est marquée dans le collimateur - accusée de blanchissement d'argent ou de participer indirectement à des activités terroristes, une accusation suffisamment large - cette arme devient radioactive, prise dans " l'étreinte mortelle du boa constrictor" comme M.Zarate le dit. Cela peut être une peine de mort, même si le prêteur n'a pas d'activité aux US. Les banques européennes n'osent pas défier les régulateurs américains. Ils coupent toute relation avec la victime.

C'est ce que les chinois ont fait, comme cela a été le cas en 2005, lorsque les US ont accusé Banco Delta Asia (BDA) à Macao de servir de vecteur au piratage commercial venu de la Corée du Nord. La Chine leur a retiré son soutien. BDA s'est effondrée en deux semaines. La Chine a aussi renseigné Washington lorsque M.Poutine a proposé une attaque coordonnée avec la Chine contre les actions de Fannie Mae et Freddie Mac en 2008, avec le but de précipiter la chute du dollar.

M.Zarate m'a dit que les US peuvent  "faire cavalier seul " avec des sanctions si nécessaire. Donc, cela les importe peu que l' UE traîne ses pieds jusqu'en Ukraine, choisissant le plus petit dénominateur commun entre la Bulgarie, Chypre, la Hongrie et le Luxembourg pour les garder dans leur alliance. Washington à le pouvoir de leur dicter la marche à suivre.

Ce nouvel arsenal a dans un premier temps été employé contre l'Ukraine en décembre 2002, leurs banques furent accusées de blanchir de l'argent provenant des milieux du crime organisé russe. Kiev a rapidement capitulé. Nairu, la Birmanie, la Chypre du Nord, la Bielorussie et Latvia sont tombés un par un, tous forcés de se plier aux exigences des US. La Corée du Nord était à l'époque paralysée.

Le gros lot jusqu'à ce jour a été l'Iran, finalement acculé. Une guerre cachée est en cours, à l'échelle mondiale la plus large. " C'est un type de guerre où l'ennemi pense qu'il peut défaire la nation iranienne" , a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad devant le Majlis Iranien,  ( Ndt ; l'équivalent iranien du parlement) . il affirmait avec défiance. En réalité c'était une bonne prédiction.

Le Trésor US chasse une proie beaucoup plus grosse avec la Russie, le plus gros producteur d'énergie avec une économie de 2 000 milliards de dollars, de grands scientifiques et un arsenal nucléaire de premier rang. La Russie s'est aussi liée étroitement aux économies allemandes et celles de l' Europe de l'Est. Les US risquent également de mettre à mal leurs propres alliances s'ils malmènent leurs alliés européens. C'est à peu près la même situation dans laquelle se trouvait l' Angleterre de la moitié du 19è siècle avec sa suprématie navale, grâce au transports d'esclaves maritimes présumé, dans le monde entier, sous tous les drapeaux, elle dépassait toutes les autres flottes.

Le président Poutine sait exactement ce que le gouvernement US peut faire avec ses armes financières. La Russie était dans la confidence pendant que les deux pays étaient "alliés" pour un temps dans le combat contre le terrorisme jihadiste. M.Poutine désigna le loyal Viktor Zubkov - ancien premier ministre - pour conduire les négociations avec le Trésor US.

M.Zarate a déclaré que la Maison Blanche sous Obama avait attendu trop longtemps pour réussir une frappe efficace ( Ndt : contre la Russie), s'accrochant à l'idée que Poutine s'arrêterait pour de bon de vouloir remettre en cause l' Ordre Mondial (NWO).